Salon du livre de Genève 2016 : le Futur est à nos Portes

J’ai passé une journée entière à apprivoiser le logiciel de montage vidéo Sony Vegas. Je ne sais plus comment il est arrivé là, mais je l’avais dans mon ordi, version 10.

J’ai regardé un tuto très détaillé, appliqué la théorie, ramé, tâtonné, et au final, samedi soir, j’avais ma vidéo de 10 mn, le puzzle final de mes vidéos et images mises bout à bout avec un peu de musique.

Ensuite, il a fallu la convertir. Là encore, petites galères : ma première conversion était sans le son. Ma deuxième était toute saccadée.

Finalement, ce matin j’ai tout repris calmement et avec un œil neuf, et j’ai découvert grâce à un autre tuto que je n’avais pas choisi le bon format : pour une raison inconnue, le .avi et le .wav beuguent. J’ai choisi le .wmv, le bon paramétrage, et bingo ! J’avais ma vidéo. En vérité, je vous passe encore quelques détails genre une connexion qui n’arrête pas de sauter, comme par hasard, et une fin de film qui n’était pas incluse, allez savoir pourquoi.

Pourquoi je vous parle de montage vidéo ? Est-ce que par hasard je me serais reconvertie en monteuse vidéo ?

Non, je suis toujours auteure et blogueuse au pays de Marjoland.

Seulement j’avais envie de changer un peu pour cet article et de vous présenter une vidéo. J’aurais voulu qu’elle soit pro, avec un bon son (là c’est merdique, je n’ai pas de micro-cravate) et des effets rigolos genre je marche en accéléré, mais c’est un bon début et je devrai m’en contenter !

Si vous n’êtes pas intéressé(e) par ce petit album de mes ressentis personnels au Salon du Livre, ce que je peux tout à fait comprendre, vous pouvez passer votre chemin 😉

J’aborderai deux concepts novateurs qui m’intéressent et qui, je l’espère, seront les réussites de demain : la Réalité Augmentée et le USebook, format qui manquait à nos livres car il se trouve entre le livre numérique et le livre physique.

Le Salon du Livre de Genève 2016

Vous connaissez sûrement le Salon du Livre de Paris, peut-être même que vous y êtes déjà allé(e). Pour ma part, je m’y suis rendue une seule fois, je ne sais même plus en quelle année. Il y a 10 ans je dirais. C’était vraiment très grand, plus grand encore que celui de Genève et je me souviens de très peu de choses car j’exposais moi-même et ceci est une autre histoire.

Cette année marquait la 30e édition de ce Salon du Livre de Genève. Une 30e édition pour une petite ville mais avec de grandes innovations (j’aime ce qui est futuriste, voyez ici).

Le nombre d’auteurs présents dans le Grand Temple du Livre augmente chaque année, passant par exemple de 816 en 2013 à + 1050 en 2016. Est-ce que ça signifie qu’en 2050, ils seront au moins 3500 de plus qu’aujourd’hui ? Comment pourra-t-on gérer tout ce monde, ces visites ? Peut-être que le Salon du Livre de Genève en l’an 2050 durera un mois entier !

Mis à part que je trouve fort dommage qu’Amazon France ne se soit pas encore décidé à venir babiller avec mes frères et sœurs suisses (qui sait, peut-être une allergie à la fondue suisse ou au lait des vaches des terres fribourgeoises broutant plus lentement que les françaises ?), je me contente de « mon » Salon du Livre à Genève. Tout simplement parce qu’il se trouve à 50 km de chez moi. La logique veut donc que je m’y rende plutôt que de parcourir 500 km pour aller à Paris. CQFD.

Qu’allez-vous trouver dans cette vidéo du Salon du Livre de Genève ?

Voici une petite frise pour vous repérer dans la vidéo de 10 :00 que je me suis décarcassée amusée à monter pour vous :

  • 0 :00 à 0 :22 : Déroulé du tapis rouge et garde du corps personnel (si si, regardez bien)
  • 0 :23 à 0 :50 : les coulisses
  • 0 :51 à 0 :59 : montée en scène
  • 1 :00 à 1 :07 : la foule en liesse
  • 1 :08 à 1 :30 : les livres en Fantasy, Jeunesse, le mythique Bragelonne
  • 1 :31 à 2 :05 : les peintures des couv de Fantasy Bragelonne, dont de 1 :44 à 1 :47 : la couv du roman « Le septième guerrier-mage » de Paul Beorn, illustration de Marc Simonetti, l’illustre illustrateur (ah ah !) du Trône de fer de George R. R. Martin, de L’Épée de Vérité de Terry Goodkind, du Nom du vent de Patrick Rothfuss, du Disque Monde de Terry Pratchett et des romans de HP Lovecraft.
  • 2 :06 à 2 :12 et 2 :18 à 2 :30 : le Temple Jeunesse
  • 2 :13 à 2 :17 : clin d’œil à Stephen King
  • 2 :32 à 3 :04 : des livres des livres retenez-moi !
  • 3 :05 à 4 :55 : exposition des photos de mon chouchou, le photographe du froid Vincent Munier (son site ici)
  • 4 :56 à 5 :22 : l’écrivain Yann Queffélec en train de parler, pur hasard au gré de ma balade
  • 5 :22 à 5 :38 : l’imprimerie des origines
  • 5 :38 à 5 :47 : rencontre avec M. Anonyme qui a écrit la série Fantasy Mystria (dont j’ai acheté le premier volume dédicacé) : il a mis en place un jeu à l’échelle de tous les lecteurs : être le premier à découvrir l’identité de l’auteur – normal, il s’appelle M. Anonyme – un écrivain mystère, grâce aux différentes énigmes dissimulées dans les prochains tomes de la saga. Prix à gagner : un Artbook inédit de la série !
    Salon du Livre de Genève 2016 Aux portes du futur
  • 5:48 à 5 :54 : Vigousse, le Charlie Hebdo suisse : vigousse, en Suisse, signifie vigoureux

Mention spéciale pour les Studios Kenzan : le livre jeunesse transmédia en exclusivité mondiale

  • 5 :55 à 7 :21 : la Réalité Augmentée : en exclusivité mondiale, les Studios Kenzan lancent un livre transmédia (secteur Jeunesse 5-9 ans) : les Voyages Fantastiques de Téo et Léonie : accompagnés de Téo, Léonie et Léonard de Vinci, les enfants vont découvrir l’Histoire.
    Supports :
    – une collection de livres illustrés (3 parus et le 4e à paraître en septembre) accompagnés de jeux et d’applications pour tablettes.
    – des applications faisant la part belle à la Réalité Augmentée, ce qui décuple le pouvoir de fascination du livre chez les enfants.
    – une série TV en animation 3D basée sur des technologies de pointe (qui ont servi, par exemple, sur Avatar ou Le Seigneur des Anneaux)
    – un e-magazine avec des contenus additionnels qui approfondissent ce monde fictionnel
    – une plateforme web interactive
    – un livre audio pour donner une idée de lecture globale.

Film de présentation :

Un hologramme :

Le making-of de la série TV :

Petit mot sur les Studios Kenzan : société basée à Genève, spécialiste de la création de contenu 3D et de son intégration sur diverses plateformes médias : écrans tactiles, casques de réalité virtuelle, vitrines holographiques, installations muséographiques futuristes.

Salon du Livre Genève 2016 Portes du Futur
Téo et Léonie, Studios Kenzan

Fondée en 2006, elle emploie 22 professionnels (développeurs, illustrateurs, infographistes) qui fournissent clé en main des environnements 3D incluant personnages, animations, effets spéciaux, interfaces utilisateurs dédiées.

Je rêve que cela m’apporte la possibilité de développer mon propre concept de livre personnalisé jeunesse et mes personnages, créés exprès pour ces histoires que j’ai écrites.

Le site de l’univers Téo et Léonie : http://www.teoleonie.com/
Le site des Studios Kenzan : http://www.kenzanstudio.com/fr/

Mon 2e coup de cœur : les Éditions Le Héron d’Argent lancent le USebook

  • 7 :22 à 9 :30 : explications sur le stand Jeunesse des Éditions Le Héron d’Argent, découvrez en exclusivité le USebook ou livre-USB, nouveau concept de lecture numérique : Editions Le Héron d’Argent.

Salon du Livre Genève 2016 Portes du Futur

Ce format est à cheval entre le numérique et le papier, puisqu’il permet d’emmener partout avec soi son livre numérique et de le lire sur n’importe quel support qui ne soit pas forcément à soi.

Je pense qu’il pourrait vraiment être l’avenir pour l’édition, reliant le livre papier et le livre numérique et constituant une sorte de chaînon manquant. J’aimerais essayer ce format pour mes propres romans.

Est-ce que vous pensez que c’est prometteur ?

www.pdf24.org    Envoyer article en PDF   

3 réflexions au sujet de « Salon du livre de Genève 2016 : le Futur est à nos Portes »

  1. Hello Marjorie
    J’aime beaucoup les hologrammes mais qui n’aime pas cela ? Quand j’étais petite j’adorais les livres en 3D. Quand tu ouvrais le livre les châteaux se dépliaient et les personnages s’incarnaient…
    Le digital offrira des possibilités incroyables 🙂
    En revanche, je n’ai pas trop compris l’intérêt du Usebook : papier, Cd + clé USB ? Pdf , epub , pfff….
    Cela me semble vachement et inutilement compliqué mais peut-être parce que j’ai rien compris au concept.
    Marjorie Articles récents…Estime de soi : peut-on en faire toute une histoire ?My Profile

    1. Coucou Marjorie,
      Oui, je me demande qui n’aime pas les hologrammes ? Je les trouve fascinants et je suis bien contente qu’ils soient enfin réels, depuis toutes ces années qu’on les voyait dans les films comme de la science-fiction.
      En effet, de notre temps très reculé, lol, il existait les livres animés, c’était le début des livres ludiques !
      Selon moi, l’intérêt du livre-USB est qu’il est interactif, dans un format mélangeant le physique et le numérique : tu achètes une carte contenant une clé USB sur laquelle se trouvent 2 versions numériques du livre : PDF (pour ordi) et epub (pour liseuse, tablette…). Par rapport au livre purement numérique, qui se trouve dans ton compte (Kindle Amazon par exemple pour ne pas le citer), et qui est complètement virtuel et en un seul endroit, non transportable, le livre-USB est en quelque sorte transportable partout : au format CB, tu emportes ton livre où tu veux et tu le lis où tu veux : ordi, tablette, chez quelqu’un d’autre, etc. Et il contient du contenu additionnel que tu n’auras jamais sur un livre physique, par exemple les illustrations qui se trouvent dans le livre. Est-ce que tu saisis mieux ou pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge