La Magie du Lieu et son impact sur l’écriture d’un roman

Lorsque j’ai commencé à imaginer le scénario de mon thriller en cours, très vite s’est profilée la question du Lieu dans le roman.

Je ne vais pas vous parler de la Symbolique des Lieux puisque je l’ai abordée dans mon précédent article (c’est à un clic de souris).

Non, là, c’est autre chose. Et restez encore un peu sur votre chaise (ou votre tabouret ou dans votre canapé ou votre lit ou le dos de votre tortue apprivoisée) parce que je vais vous donner le teaser de ce roman, un peu plus bas.

Je sais qu’il faut réfléchir à la Magie du Lieu et son impact sur l’écriture d’un roman. Car le Lieu est une des premières questions, à mon sens, qui se pose lorsqu’on commence à cogiter sur une histoire. Y réfléchir n’est pas anodin pour la construction d’un récit.

Pour autant, ce n’est pas le lieu choisi qui fait un bon roman. Mais il fait partie de la réflexion sur l’orientation de l’histoire. De même, on a à se demander si on veut une ambiance huis-clos ou non.

La problématique du Lieu dans le roman peut même parfois représenter la marque de fabrique d’un auteur, comme c’est le cas pour Stephen King.

Voyons tout ça de plus près.

Le Lieu : huis-clos ou pas ?

L’impact sur l’histoire et sur le lecteur sera très différent. Un huis-clos, par définition, donne un récit fermé sur lui-même, souvent étouffant, bien sûr volontairement. Très vite, j’ai eu envie de créer un huis-clos pour mon premier thriller. C’est pas pour rien si des auteurs l’utilisent pour créer une ambiance glauque, étouffante, terrifiante. D’ailleurs :

Le huis-clos se prête très bien aux genres littéraires du Thriller et de l’Horreur.

Stephen King

Stephen King l’a utilisé dans plusieurs de ses romans. Dans Misery, le Protagoniste principal, Paul Sheldon qui est écrivain, se retrouve coincé, après un grave accident de la route, dans une chambre, les jambes brisées, complètement à la merci d’Annie, une infirmière fan de ses écrits. Un huis-clos cauchemardesque qui ravit lecteurs et spectateurs !

Dans Jessie, cette fois c’est une femme qui se retrouve coincée sur son lit, menottée après un jeu sexuel qui a mal tourné, le cadavre de son mari à ses côtés. Un chien débarque pour dévorer le corps. Pour couronner le tout, Jessie entend des voix dans sa tête et aperçoit une silhouette… Un huis-clos terrifiant au possible (dont un film va être adapté, chic alors !)

Il y a bien sûr l’incontournable Shining, où tout se passe dans un hôtel qui semble hanté et qui va rendre fou le Protagoniste principal, Jack, ancien prof et ancien alcoolique venu y passer l’hiver en famille pour du gardiennage.

Franck Thilliez

Franck Thilliez, dans Puzzle, crée une ambiance de paranoïa où les deux Protagonistes se retrouvent dans un gigantesque complexe psychiatrique isolé en pleine montagne, dans le but de participer à une chasse au trésor un peu particulière. La règle n°1 dit : « Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. » Mais que penser de la règle n°2 qui dit : « L’un d’entre vous va mourir », lorsqu’ils tombent sur un cadavre ? La distinction entre le jeu et la réalité sera de plus en plus difficile.

Dans Vertige, un homme se réveille au fond d’un gouffre glacé, enchaîné au poignet. Il n’est pas seul. Un inconnu est enchaîné à lui par la cheville, et un autre se balade parmi eux avec un masque effrayant sur la tête. Un masque qui explosera s’il s’éloigne de ses deux compagnons. Le chien du Protagoniste est là aussi. Dans quel but, toute cette mise en scène ? Et par qui ? Jusqu’où devront-ils aller pour survivre ?

Le huis-clos dans mon thriller

Dès le début, j’ai voulu créer un huis-clos en montagne. En tout cas, un truc bien isolé où il serait effrayant de se retrouver en compagnie du tueur, sans pouvoir se sauver. Et c’est cette idée que j’ai gardée.

Toutefois, j’en ai discuté avec Marjorie Moulineuf, mon amie écrivain et thérapeute, avec qui je me connecte sur Skype une ou deux fois par semaine pour des séances sur notre travail respectif. C’est fou comme le regard extérieur et le retour d’une personne peut m’aider et m’inspirer parfois d’autres idées ou orientations du récit ! D’autant plus qu’on est complémentaires : si je suis plutôt dans le détail et attachée d’abord à l’émotionnel, Marjorie M. est quant à elle globale et analytique.

Et grâce à cet échange (toujours à l’aise Blaise : on rit aussi beaucoup, nous les 2 M !)  j’ai inséré des aérations dans le texte – pour un peu je vais me reconvertir en installa-teuse-trice de ventilations et de climatiseurs … bof non finalement – sous forme de flashbacks. Quelques moments de répit accordés à mes futurs lecteurs qui auront aussi pour but de faire comprendre ce qui a pu se passer.

Le Lieu : connu ou inconnu ?

Lieu inconnu

Comment ça inconnu ?

Ben voui : vous aurez peut-être envie que votre histoire de Mémé-ultra-dynamique-voyageant-en-camping-car-supersonique-rose-bonbon se passe dans des lieux que vous n’avez jamais visités. Et là, je ne parle pas d’un monde complètement imaginaire comme c’est le cas dans les romans de Science-Fiction ou Fantasy (je me suis régalée à inventer une technologie avancée dans le dernier royaume de l’Atlantide décrit dans mon roman Ensorcelé).

Avec nos outils actuels, rien de plus facile : recherches sur internet, photos à foison, vidéos. Et même lire des blogs voyage pour connaître des choses précises sur un pays et ses habitants. Grâce à Google Earth, vous pouvez voyager quasiment partout de façon virtuelle. Vous allez pouvoir visionner la colline qui se trouve à l’Ouest de la ville Caban-City dans le fin fond du désert Arideland. C’est comme si vous y étiez !

Lieu connu

Sinon, vous pouvez choisir un ou des lieux que vous connaissez, comme je l’ai fait dans ce cas précis. Je voulais que ça se passe en montagne, j’ai donc pris des lieux que je connaissais et je les ai mélangés pour former une nouvelle contrée. Ça se fait tout le temps, quand on crée une fiction.

Par exemple, Stephen King situe presque tous ses romans dans le Maine, l’Etat où il vit (une marque de fabrique). Là où il s’éclate, c’est qu’il a créé carrément des villes qu’on peut retrouver dans plusieurs de ses romans (voir ici le détail) ! Si Libertyville se trouve dans « Christine », en revanche Castle Rock se trouve dans pas moins de 11 récits, dont Dead Zone, Cujo ou Bazaar ! C’est tout le pouvoir de l’écrivain !

Fred Godefroy (qui a créé les Studios Godefroy) dit qu’il tient à toujours utiliser des lieux existant, ce qui représente un vrai travail en soi. Extrait de la vidéo qui explique son point de vue ici :

Revenons au pouvoir de l’écrivain. On peut faire absolument tout ce qu’on veut avec nos lieux. On est le Maître du Jeu.

Peut-être que vous connaissez la série française (oui, oui, j’ai bien dit française) Les Revenants.

Diffusée sur Canal+, elle est maintenant également diffusée dans les autres pays francophones, ainsi qu’au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. On la trouve même sur Netflix.

Les Revenants, c’est l’histoire d’une petite ville de montagne dans les Alpes à côté d’un immense barrage retenant un lac artificiel. Des morts reviennent à la vie inexplicablement et tentent de vivre comme avant. C’était sans compter sur l’apparition de phénomènes bizarres… Moi quand j’ai lu qu’il y avait un barrage gigantesque, tout de suite j’ai pensé au barrage de Tignes. Pour la petite histoire, il s’agit de l’ancien village de Tignes (Savoie) qui a été noyé en 1952. Un article de blog complet et passionnant se trouve en cliquant ici pour tout savoir sur le pourquoi du comment de cet abandon volontaire d’un village (mouais… volonté du gouvernement, pas des villageois).

Et quand j’ai fait des recherches sur les lieux du tournage, j’ai découvert que le barrage de la série était bien celui de Tignes. En poussant un peu plus loin, j’ai halluciné car tout se passe à Annecy (Haute-Savoie) que je connais assez bien, à 50 km de chez moi.

Un blogueur s’est amusé à retrouver tous les lieux de tournage. Il en parle dans une série d’articles avec photos à l’appui qui se trouve à un clic d’ici :

Lieux Tournage Serie Revenants

Et moi dans tout ça ? Eh bien mon thriller se passe dans un hameau montagnard qui se nomme Paradis. Ne riez pas, car Paradis existe vraiment ! C’est un alpage au-dessus de Petit-Bornand-Les-Glières (en Haute-Savoie), village natal de mon grand-père où j’ai vécu également. Voici le lieu réel de Paradis :

Montagne de Paradis
Source Image : http://nicodu74130.skyrock.com/

Mais dans mon roman, le hameau Paradis est décrit différemment car il ressemble davantage à celui des Fardelays, à 50 km de là, hameau quasiment abandonné découvert lors d’une de mes randos :

Les Faradays vers Sixt-Fer-a-Cheval (Haute-Savoie) – Crédit Photo Marjorie Loup

Donc lieu connu ou inconnu, peu importe, les possibilités de création sont infinies et très amusantes ! Bien garder en tête la Magie du Lieu et son impact sur l’écriture d’un roman. Il est possible aussi d’introduire un lieu récurrent dans votre histoire.

Un Lieu récurrent comme point de repère

L’auteur ou le scénariste peut réfléchir à ça : y aura-t-il un lieu de rencontre récurrent pour vos Protagonistes ? C’est une pratique assez utilisée je trouve, notamment dans les séries ou films : rappelez-vous le Peach Pit, ce café-restau où se réunissaient les héros de Beverly Hills au début des années 90. Ou encore Pré-au-Lard où la troupe d’Harry Potter se délecte de Bièraubeurre.

Le but ? Les lieux récurrents servent de repère au lecteur ou au spectateur.

Dans mon cas, c’est inapproprié puisque c’est en huis-clos, mais cette approche est intéressante. D’ailleurs je vais l’utiliser pour mon roman sur Jérusalem (en attente, voir pourquoi ici).

En tous les cas, les lieux doivent être au service de l’intrigue. Un roman n’est pas un documentaire. Le lieu dans le roman est un décor, donne une ambiance et sert les Protagonistes avec un impact fort sur le lecteur ou le spectateur (voir mon article sur la Symbolique des Lieux).

Voilà pourquoi j’ai choisi que mon intrigue se passe dans un hameau en montagne. Ces 3 mots impliquent dans votre esprit : lieu isolé, en hauteur, potentialité de rester coincé, de ne pas pouvoir s’enfuir.

Je vous ai parlé de Paradis, vous connaissez maintenant ce merveilleux et idyllique coin de montagne (du moins vu du ciel) qui n’est accessible qu’en 4×4. Vous savez tout sur le huis-clos, sur ce que mange Stephen King le matin, comment Franck Thilliez prend sa douche, et même s’il faut écrire sur un lieu connu ou inconnu et tous les mystères qui se cachent sous un lieu récurrent dans une histoire.

Vous êtes prêt(e) maintenant à découvrir le teaser de mon roman en cours, dont le titre tout à fait provisoire est : « Un petit coin d’enfer au paradis. »

Le Teaser de mon roman

Lucile Arnault, assoiffée de vengeance, attire dans un piège 4 personnes dans les chalets d’un magnifique petit bourg au sommet des alpages. Pourquoi vouloir se venger d’un vieux berger, d’une femme aveugle, d’un jeune geek et d’une mère de famille bourgeoise ? Seulement rien ne se passera comme elle avait prévu lorsque 3 invités surprise dont son mari, viendront contrarier ses plans.
Comment parviendra-t-elle à appliquer son sinistre projet et épargner les innocents ? D’ailleurs, sont-ils si innocents que ça ? Pourra-t-elle improviser et aller jusqu’au bout ?

Dites-moi dans les commentaires ce que ce teaser vous inspire

Et un merci particulier à Marjorie M. pour son regard et son aide car chaque mot est important.

Mise à jour du 29/02/2016

J’ai changé le teaser en introduisant le Protagoniste principal et en le présentant du point du vue thriller et non policier. Vous avez à l’écran cette version nouvelle.

PDF24    Envoyer article en PDF   

10 réflexions au sujet de « La Magie du Lieu et son impact sur l’écriture d’un roman »

  1. Merci Marjorie
    Quelles belles images aussi bien du « vrai » Paradis que de ton « Paradis » virtuel ! Je suis d’accord le choix du lieu implique beaucoup de choses. Des noms des personnages à leur style de vie. Du lieu choisi dépend les relations sociales, leurs professions, leurs styles de voitures, etc .
    On ne peut pas faire faire les mêmes choses à des personnages en haute montagne qu’en plein Paris ou à New-York.
    Choisir des lieux insolites ou paradisiaques, c’est aussi un bon moyen de faire voyager ou rêver le lecteur mais il faut bien se renseigner ou connaitre cet environnement pour rester crédible.
    Quant au huis-clos dans de grands espaces naturels, je trouve que c’est un choix très audacieux et surtout hyper efficace dans un thriller psychologique. J’adore ton teaser carrément flippant mais je ne suis pas objective parce que j’aime trop ton histoire !
    Marjorie Moulineuf Articles récents…Inspiration et maîtrise grâce au pouvoir intérieurMy Profile

    1. Merci Marjorie !
      Juste après la publication d’un article, j’ai toujours un léger trac, à me demander comment ce nouvel article va être perçu, si j’ai travaillé comme il faut, été assez intéressante, logique dans ma construction des paragraphes, etc. Alors te lire est hyper kiffant, surtout venant de toi que je sais très exigeante.
      C’est tout à fait ça, un personnage ne fera pas la même chose et n’aura pas le même comportement ni les mêmes ressources s’il se trouve prisonnier en montagne ou au contraire traqué, par exemple, en pleine ville. Et comme tu dis, de ce lieu découleront plein de choses concernant les personnages.
      Merci pour ton appréciation 🙂 et contente que tu ne sois pas objective lol

  2. Salut Marjorie.

    Super article. Les lieux sont essentiels pour amplifier ou magnifier l’histoire. C’est un des éléments qui influencent directement une lecture, l’imaginaire et les souvenirs qu’il nous restera du roman après sa lecture.

    Ton article m’a fait découvrir l’histoire du village et du barrage de Tignes, que j’ignorais complètement. C’est passionnant !

    Et ton concept de thriller est vraiment sexy. Hâte de le lire…

    Fred

    1. Salut Fred !
      Tout à fait, les lieux sont très importants sans pour autant être le principal élément qui fait une bonne histoire ; mais ils y participent et de façon tout à fait invisible pour le lecteur/spectateur.
      Je suis moi aussi passionnée par cette histoire de village englouti. En plus, quand ils vident le lac tous les 15 ans environ pour contrôler l’état du barrage, apparaissent les vestiges du village englouti… Très inspirant pour un romancier, je trouve 😉
      Ravie que mon concept de thriller te plaise 🙂

  3. coucou Marjorie,
    merci pour cet article qui reflète ton humour.
    Paradis a l’allure du Paradis vue d’en haut.
    Tu as fait un très bon choix pour ton thriller. Faraday avec ses maisons abandonnée reflète une atmosphère lugubre et mystérieuse.
    Tu es courageuse de te lancer dans l’écriture d’un thriller avec autant de personnages d’un coup. Ne crains tu pas d’en oublier ?
    Oui, hâte de te lire moi aussi.

    1. Coucou Jennifer !
      Merci de ton appréciation et de ta fidélité.
      Je suis en train d’ajuster légèrement la fin de mon article pour indiquer un titre de roman tout à fait provisoire, afin de mieux se repérer.
      Faraday, lol la cage de Faraday ? Regarderais-tu trop la science-fiction ? Ce n’est pas une enceinte qui protège des nuisances électriques voire électromagnétiques, mais le hameau des Fardelays. Je te taquine, c’est vrai que ça ressemble. Enfin c’est pas grave, car dans mon roman, je n’évoque que le nom Paradis 🙂
      Non je ne risque pas d’oublier mes personnages, puisque tout est dans la préparation de l’intrigue, avec un plan des scènes, et puis il y a les fiches personnages (pour les principaux).

  4. Coucou Marjorie
    J’aime bien l’idée de mélanger des lieux connus pour en créer un nouveau 😉
    Les villages engloutis me fascinent aussi. Plus près de chez moi, il y a le village de Savines qui est au fond du lac de Serre-Ponçon depuis les années 60. La construction d’un barrage n’est pas toujours une bonne nouvelle pour les habitants du coin…

    Très bon choix, la montagne pour un thriller. On peut vite se retrouver coincés par la météo ou un éboulement, coupés du monde… et le tueur connaît sans doute bien mieux cet environnement que ses victimes.
    Le teaser est bien accrocheur. La pauvre Lucile semble très mal barrée dès le début, ça apporte déjà un petit suspense 🙂
    Sandro Articles récents…Assassin légendaireMy Profile

    1. Coucou Sandro !
      Ah, merci pour cette allusion à un autre village englouti, Serre-Ponçon ça me dit quelque chose.
      Merci, oui je crois que la montagne se prête bien aux situations isolées et « coincées » vu la configuration des lieux.
      Ravie que le teaser t’accroche. Bien sûr, il pourra être modifié encore, arrangé, mais il donne une idée de l’histoire.
      A bientôt 😉

    1. Merci Danny !
      Le teaser sera sûrement encore changé, amélioré, mais il faut bien se lancer pour avancer, quitte à rectifier le tir par la suite 😉
      Oui, ma collaboration avec Marjorie m’aide vraiment à ne pas rester isolée, d’une part, et à travailler de façon plus efficace et concrète, d’autre part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge