L’Élément Central qui rend une Histoire Vivante

Quand j’ai su que j’allais écrire sur Jérusalem, j’étais super excitée !

 

Jérusalem : Avant

Jérusalem, avant, pour moi c’était :

  • un mot magique,
  • Jésus,
  • la cité des Trois Religions,
  • la ville la plus convoitée au monde à cause de tout un bordel de territoires et de croyances,
  • c’était aussi un symbole de Guerre permanente,
  • l’opposition depuis des décennies entre Juifs et Musulmans,
  • et un lieu dangereux qui peut péter à tout instant.

 

Infime parcelle de la réalité…

Il me fallait faire des recherches, et pour moi cette partie-là est une vraie partie de plaisir, vraiment !

Du coup, je suis devenue un peu moins ignare.

Ce que j’aime, c’est quand une recherche m’amène à une autre, et ainsi de suite.

C’est souvent grâce à ces recherches qui me font tomber sur des faits, que se créent en moi une idée pour le roman, un personnage à ajouter, ou une intrigue supplémentaire.

 

Jérusalem : Maintenant

Maintenant que je commence à maîtriser mon sujet, Jérusalem c’est :

  • toujours un mot magique,
  • la « Via Dolorosa » (Chemin de la Souffrance), une rue de Jérusalem vieille-ville représentant le chemin de croix de Jésus, avant sa crucifixion,
  • dans le top 10 des plus vieilles villes du monde encore habitées (2800 av. J.-C.),
  • la ville la plus Sainte au monde,
  • la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël en 1948,
  • la Guerre des Six Jours en juin 1967, qui influence aujourd’hui encore la géopolitique de la région,
  • une géopolitique extrêmement complexe aux multiples enjeux,
  • le Hammas,
  • l’extrême-droite israélienne,
  • les 8 Portes pour entrer dans la vieille ville,
  • le Mont des Oliviers,
  • le Rocher du Dôme, au cœur de la revendication des deux religions,
  • la Paix désirée mais difficile à obtenir,
  • les manuscrits de la Mer Morte, ayant d’ailleurs donné naissance à une intrigue du roman, j’y reviendrai peut-être, si vous êtes sage.

Et bien d’autres sujets, mais je ne veux pas faire une liste interminable et rapidement barbante.

 

De sujet abstrait, Jérusalem est donc devenu :

  1. une passion
  2. une source de savoirs quasi inépuisable
  3. une opportunité inégalable pour créer un roman que j’espère addictif
  4. et même une destination prochaine.

 

Au début : une idée

Daniel (c’est mon co-auteur, je parle de lui ici) m’a transmis le scénario, l’intrigue principale et les personnages.

L’idée était : Jérusalem, un amour difficile entre 2 hommes, l’un israélien et l’autre palestinien.

Ah, j’ai oublié de vous parler d’un truc hyper important.

En décembre dernier, j’ai eu l’inspiration du siècle en intégrant une Formation aux techniques d’écriture.

Là, dit comme ça, j’avoue que ça ne donne pas vraiment envie, hein ?

Je vais vous la jouer autrement :

La Méthode Godefroy est la première formation sur l’écriture en France, lancée par Fred Godefroy, proposant aux auteurs de se former, de façon complète, à l’écriture pro. Elle contient :

  • des vidéos quotidiennes abordant tout ce qui est possible et imaginable, et même l’inimaginable, en matière d’écriture de romans à succès,
  • des vidéos bonus d’interviews, d’entretiens,
  • un forum dédié et hyper hyper vivant où on est (presque) tous hyper hyper bavards,
  • un espace privé avec accès illimité aux vidéos,
  • un accompagnement personnalisé (Fred répond très rapidement à chacun et déborde de projets, d’idées, son expérience dans l’écriture depuis + 20 ans est d’un grand soutien !).

Dit comme ça, ça en jette, non ?

Et encore, j’ai pas tout dit !

Il faut savoir qu’en France, notre culture assimile l’écrivain à une sorte de demi-dieu qui saurait écrire parfaitement dès qu’il touche une feuille (ou une touche de clavier).

Rien n’est plus faux.

Comme pour toute profession créative, écrire un super bouquin qu’on ne voudra plus lâcher, ben ça s’apprend.

C’est incroyable le nombre de choses que j’ai apprises et que je continue d’apprendre chaque jour grâce à cette formation sur l’écriture.

Je crois que je suis devenue une Junkie. Junkie à la méthode, à ses vidéos quotidiennes, au forum où l’on forme une grande famille (entrez dans la Secte), une accro des techniques à découvrir pour faire comme Stephen King (super ! vous allez découvrir un roman d’épouvante, qui se passe à Jérusalem, avec un combat de zombies contre une armée de cloportes téléguidés par un gourou caché dans une tombe secrète, avec tout plein de bombes disséminées et des parchemins à décoder sous peine d’être transformé en olive géante !).

Ça, c’est moi en mode Junkie :

L’Élément Central qui rend une Histoire Vivante
Merci à mon site ami : TravelPlugin

 

Bref, c’est du lourd.

Et c’est grâce à Fred aussi que j’ai créé ce blog d’auteur, une nouvelle arme marketing incroyable pour communiquer avec vous, mon lecteur adoré !

Bon, je m’égare.

Je vous ai parlé de ma junkie attitude, pour vous montrer que de vraies techniques d’écriture (comme y font en Amérique, sauf que c’est en français, ouais !) peuvent complètement changer la donne.

J’avais donc un enjeu : transformer l’idée de Daniel en une histoire vraiment étoffée qui invite à tourner les pages, encore et encore.

Après avoir appliqué les méthodes, j’ai obtenu ce High Concept (sorte d’âme du récit qui pousse le lecteur ou l’éditeur à en savoir plus) :

Une histoire d’amour interdite entre deux jeunes hommes à Jérusalem, Tarek le palestinien et Ben le juif israélien. Ils devront faire face à leur famille et aux préjugés, ainsi qu’à Déborah, la sœur jumelle de Ben amoureuse de Tarek. Mais pourront-ils aller jusqu’au bout de leur passion, traverser les périodes d’attentats, tout en épargnant ceux qu’ils aiment ?

 

L’Élément Central qui rend une Histoire Vivante

Après : une intrigue étoffée

C’est en fouinant pour mes recherches, en laissant décanter, qu’au fil des semaines et même des mois, des personnages sont apparus pour les besoins de l’intrigue.

Mais d’abord, voici un résumé du scénario de Daniel duquel je suis partie :

  • Ben, lycéen juif de 17 ans, terminales lettres, gay
  • Déborah : sa sœur jumelle, lui ressemble étonnamment (blonde aux yeux verts), amoureuse de Tarek
  • Tarek : Palestinien en passe d’obtenir la nationalité juive, leur ami à tous les deux. Au début, il flirte avec Déborah
  • Abdelhamid,  gargotier dans le quartier musulman. A entamé une procédure pour obtenir la nationalité juive. Père d’une jeune mère veuve et de Tarek et Fahd. Il pense qu’en obtenant la nationalité juive, il enlèvera toute prétention à son voisin sur son bien immobilier
  • le père des jumeaux (son prénom va peut-être changer donc je ne l’indique pas), ami de Rabbin. Enquête sur la famille de Tarek pour l’obtention de la nationalité juive et bloque la procédure engagée par le voisin de la famille palestinienne (l’Antagoniste) pour s’attribuer la maison qui est mitoyenne à la sienne
  • Fahd, jeune frère de Tarek, 15 ans mais fait plus que son âge, va s’engager dans le Hamas armé pour défendre la cause palestinienne
  • Manel, amie de Fahd, tout aussi engagée dans la cause palestinienne, projette avec lui d’aller vivre dans la bande de Gaza pour aider à la création d’un état palestinien
  • l’Antagoniste (prénom en réflexion) : voisin juif d’Abdelhamid cherchant à les exproprier car sa propriété, à la frontière des quartiers juif et musulman, est mitoyenne. C’est ce qui pousse le père de Tarek à entamer une procédure en vue de devenir juif.

Voilà résumés quelques uns des éléments avec lesquels j’ai entamé le roman.

 

C’est donc ensuite à la faveur de mes recherches et de mes nouvelles connaissances sur le sujet, que j’ai introduit de nouveaux Protagonistes et des intrigues qui se mêlent à la principale.

Morceaux choisis des Protagonistes supplémentaires :

  • Sarah, très belle jeune femme juive, mariée, habitant le riche quartier de Yemin Moshe, à l’Est de la vieille-ville. Elle descend d’une lignée très importante, en rapport avec les Évangiles. Sa maison recèle des trésors et des secrets qui seront convoités à cause d’une photo mise à son insu sur le dark net.
  • La Sagesse : amie de Déborah, militaire au Tsahal, très rigolote et toujours gaie. Elle est tiraillée entre son devoir militaire et son envie d’être bouddhiste.
  • Amro Jaber : jeune chanteur des rues à la voix d’or, vit avec sa mère d’adoption qui est un peu bohème, toujours dynamique et en voyage à droite et à gauche pour quelque cause humanitaire.
  • Le Tatoueur : un Japonais excentrique vivant à Tel-Aviv, tatoueur de son métier, autour duquel vont graviter nos jeunes Protagonistes principaux, lorsqu’ils délaisseront momentanément Jérusalem pour la ville de toutes les folies.
  • Sendor : cousin de l’Antagoniste, installé en Galilée, chargé de déchiffrer des manuscrits millénaires et très recherchés, en vue d’obtenir un Manuscrit encore plus précieux.

Bon, j’espère que vous avez la réponse au titre : l’élément primordial qui rend une histoire vivante et captivante ? Il s’agit des Personnages.

Pensez-vous que les nouveaux protagonistes que j’ai introduits au récit de base soient pertinents ?

 

PDF24    Envoyer article en PDF   

20 thoughts on “L’Élément Central qui rend une Histoire Vivante”

  1. Supers sympas (enfin pas tous !) tes protagonistes supplémentaires :
    J’aime déjà bien Sarah : sans doute sa généalogie. Je la vois bien rencontrer Sendor, le cousin du vilainquiveutdumalauhéros ! une autre histoire de passion partagée (entre trésors et manuscrits il y a beaucoup de place pour un rapprochement amical ou plus si affinités !). D’ailleurs, on ne connaît pas encore son mari : où il est celui-là ? et on ne connaît pas non plus le nom de l’infâme qui a osé mettre sur le net une photo très spéciale ! (un second antagoniste ?)
    Je vais faire la marieuse ! lol
    Je vois bien aussi La Sagesse, rigolote et mystique, mais néanmoins militaire (par accident ou par choix) tomber sous le charme de l’alouette de Jérusalem, j’ai nommé : le voyageur humanitaire à la voix d’or : Amro Jaber.
    Le tatoueur de Tel Aviv ne sera sans doute pas pour rien dans ces éventuels rapprochements !
    Mais, chut… je te laisse cogiter…

    1. Agnès, ma commentatrice fusée MDR !
      Merci pour toutes tes supers idées !
      Qui pourraient m’orienter vers de nouvelles pistes, pourquoi pas ! Hi hi hi !
      J’adore découvrir les imaginaires de chacun, c’est top et libérateur !
      Je suis enchantée de ta participation 🙂

  2. et bien dis donc Marjorie, c’est du lourd ton article et ça promet pour ton roman !

    Et oui, les personnages sont bien l’élément qui rend une histoire vivante… à condition qu’ils le soient bien sûr ! 😉

    J’ai bien l’impression en effet que les personnages supplémentaires vont apporter encore plus de vie et de fantaisie à ce roman qui aurait pu être sérieux.

    Bon, alors, on le lit quand ce roman passionnant ?

    http://dannykadaauteure.com/2015/06/24/la-part-dombre-des-personnages/
    Danny KADA Articles récents…La Part d’Ombre des PersonnagesMy Profile

    1. Danny, ma deuxième commentatrice fusée :))))
      Oui, avec ces personnages en plus, j’amène ma griffe personnelle.
      Je prévois qu’il soit prêt pour la fin de l’année, je sais c’est un peu long mais… je n’en suis qu’au premier jet et j’alterne encore l’écriture avec la préparation (qui aurait dû la précéder), vu que j’avais commencé le roman avant d’entamer la formation en écriture 😉

  3. Hello, comme convenu, je passe (avec plaisir, toujours!)

    Un bien bel article que tu nous as laissé ici. Bon, je savais que le sujet central était le personnage.
    Merci de partager ces quelques éléments! Il est vrai que sur Jérusalem, j’ai une vision quasi identique à la tienne, avant….
    Quant à tes personnages secondaires, s’ils servent l’intrigue, ce dont je ne doute pas, ils sont tout à fait légitimes.

    Bon courage pour la suite et à bientôt!

    S.B. Staine

    http://www.sbstaine.wordpress.com
    S.B. Staine Articles récents…Décrire: être ou ne pas être?My Profile

    1. Ravie de ton passage ici, Seb 🙂
      Pendant que tu étais ici, moi j’étais chez toi lol.
      C’est drôle, car avant de faire la formation de Fred, j’aurais eu tendance à penser que ce qui était primordial dans une histoire, ben c’était plutôt l’intrigue.
      Comme quoi… !
      Oui mes personnages secondaires vont servir l’intrigue, d’ailleurs ils se sont bousculés au portillon, la sélection a été sévère !
      A bientôt
      Marjorie

  4. Coucou Marjorie !
    MDR ton passage « Je crois que je suis devenue une Junkie. … »

    Tes protagonistes ont tous l’air utiles dans l’histoire et sont tous différents (peut-être moins les deux papas). Ils sont faciles à distinguer. Je dis ça parce que parfois, je lis des romans et je ne sais plus qui est qui…

    De plus, l’histoire de la photo mystérieuse postée sur le Dark net est très intrigante…
    Ceci dit, je n’ai toujours pas reçu les premières pages de ton roman…
    Mais ce que tu as mis là, émoustille mon cerveau…

    1. Coucou Boukineuse !
      Eh eh, m’étonne pas, connaissant ton humour ^_^
      C’est intéressant, ce que tu dis, c’est vrai qu’il est primordial d’avoir des personnages bien reconnaissables. En général, il leur faut à chacun au moins une particularité (tic de langage, habillement, coupe de cheveux, excentricité, richesse de tempérament, etc.).
      La photo mystérieuse, tu es la première à en parler 😉
      Ah, si tu n’as pas reçu ma nouvelle (ce n’est pas le début de mon roman vu qu’il n’est pas encore bien élaboré snif !), ce n’est pas normal. Dis-moi et je te l’enverrai.

  5. Moi j’aime bien la Sagesse. Armée, devoir, désir et bouddhisme, dans la même phrase. Je trouve cela prometteur.
    Comme toi moi aussi, avant de faire la formation, je focalisais sur l’histoire et les scènes. Avant de revoir mes priorités.
    Il y a pleins de films ou de livres dont je me souviens plus du tout de l’intrigue mais je me souviens encore des personnages.
    Marjorie Articles récents…Faut-il penser à la traduction en anglais en écrivant un roman ?My Profile

    1. J’aime aussi la Sagesse, pour son côté paradoxal et le mélange « armée-devoir » VS « Désir-Bouddhisme », comme tu l’as si bien décelée 😉
      J’ai oublié de préciser qu’elle est aussi DJ à ses heures perdues ^^
      C’est vrai qu’on se souvient avant tout des personnages, et pas forcément de l’intrigue.

  6. Alors là ! Je trouve que les personnages supplémentaires de ton roman son vraiment excitants ! Ça peut donner des situations plus que géniale – surtout le japonais ! J’ai hâte de te lire !

    1. Eh eh merci Bruno !!
      Tu me confortes dans mes choix alors. Quoique… ces nouveaux personnages sont-ils vraiment apparus par hasard ? Rien n’est moins sûr. Ils se sont imposés, les coquins !

  7. Hola Marjorita-Loup.
    Merci de partager au public comment s’est conçue ton histoire.
    Eh ben je salue Daniel le Co-auteur 😉
    Et non tu ne t’égares pas, puisque comme toi et la plupart, nous faisons partie de la même école et content d’appartenir à la promo Phoenix 🙂

    La suite, wouah! les séries de personnages, on voit que tu as recherché les prénoms et qu’ils ne sont pas tous communs. Comme Agnés, j’imagine des scénarios, mais je m’abstiendrais, sinon, je n’en finis pas :).

    Je me disais après la présentation des merveilles de Jérusalem, j’allais perdre intérêt aux articles qui suivent, mais je constate que je me suis trompé. Toujours aussi intéressant à te lire. Muchas gracias 🙂
    Mamsito Articles récents…Bonjour tout le monde !My Profile

    1. Merci Mamsito,
      C’est vrai que je veux pouvoir garder intact l’intérêt de mes lecteurs chéris pour tous mes articles, quel qu’en soit le sujet.
      Je suis donc ravie si je relève le défi.
      Pas évident mais il faut toujours trouver un angle d’attaque intéressant et un peu original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge